Aller au contenu principal

JOURNEE AFRICAINE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION : LA HAPLUCIA A TENU UNE CONFERENCE – DEBAT SUR LE ROLE DES SYSTEMES JUDICIAIRES

Publié le : 17 juil 2020
JOURNEE AFRICAINE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION : LA HAPLUCIA A TENU UNE CONFERENCE – DEBAT SUR LE ROLE DES SYSTEMES JUDICIAIRES

 Le ministre Pius Agbétomey (au milieu) a ouvert les travaux. A sa droite, M. Wiyao (Photo ATOP)

La Haute Autorité de Prévention et de Lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées (HAPLUCIA) a organisé, samedi dernier à Lomé, une conférence - débat avec l’ensemble des acteurs impliqués dans cette lutte. C’était dans le cadre de la commémoration de la 4è journée africaine de lutte contre la corruption, sous le thème « combattre la corruption par des systèmes judiciaires efficaces et efficients ». C’est le Garde des sceaux, Ministre de la Justice, M. Puis Agbetomey qui a ouvert les travaux de la rencontre en présence de diverses personnalités.

La date du 11 Juillet commémore la journée africaine de la lutte contre la corruption. Elle rappelle l’adoption, à Maputo au Mozambique, de la Convention de l’Union Africaine sur la prévention et la lutte contre la corruption le 11 juillet 2003. En cette année de la 4è Edition, la célébration se déroule autour du thème « combattre la corruption des systèmes judiciaires efficaces et efficientes ». ,Et au Togo ,dans le cadre des activités marquant cette journée , la Haute Autorité de la Prévention et de la Lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées(HAPLUCIA) a eu samedi à Lomé , une rencontre avec les acteurs impliques pour échanger autour du thème retenu. De l’avis de tous, des efforts louables ont été déployés par les Etats parties pour la domestication de la Convention panafricaine. Ceci, notamment par la création d’agences anticorruption, l’adoption de lois, de textes nationaux et le vote de nouveaux codes pénaux. Cependant, ont-ils déploré, force est de constater que 17 ans après l’adoption de l’instrument juridique continental, l’Afrique demeure le continent le plus pauvre et le plus endetté, malgré ses énormes potentialités et ressources naturelles.****

La cause principale de ce constat malheureux est et demeure la corruption, toujours préoccupante en Afrique ont - ils affirmé. Parlant du thème au cœur du débat, le Garde des Sceaux, ministre de la Justice, M. Puis Agbetomey a indiqué qu’il fait honneur aux systèmes judiciaires africains. Il a saisi l’opportunité pour saluer les grandes reformes réalisées par le Togo en matière de bonne gouvernance, sous la direction du président de la République. Pour lui après avoir ratifié la Convention africaine et les instruments juridiques internationaux de la lutte contre la corruption, le Togo s’est engagé depuis deux décennies dans un processus d’implémentation des dispositions pertinentes contenues dans ces instruments. Le Ministre a salué l’initiative de la HAPLUCIA et a souhaité qu’il en découle des résolutions et des recommandations destinées à hisser davantage le système judiciaire togolais au niveau des standards internationaux. Abondant dans le même sens, le président de la HAPLUCIA, M. Essohana Wiyao a expliqué qu’un système judiciaire efficace et efficient, c’est avant tout, une justice indépendante, impartiale, diligente. C’est aussi une justice animée et rendue par des acteurs intègre et exempts de tout soupçon de vénalité. Il a émis l’espoir que les autorités nationales réaffirment leur volonté politique avec un accent mis sur la répression et par une déclaration forte contre l’impunité et en faveur d’une tolérance zéro des actes de corruption et infractions assimilées.

A rappeler que la Convention de Maputo constitue un bréviaire pour la bonne gouvernance économique et financière en Afrique. Entrée en vigueur le 05 août 2006, elle prescrit des mesures préventives et l’incrimination de divers actes de corruption. Cet instrument continental ne contient pas de sanctions pénales qui relèvent exclusivement de la souveraineté de chaque Etat partie. Mais elle prescrit des mesures et procédures particulières relatives à la compétence pénale des Etats, l’immunité accordée aux agents publics, la confiscation et la saisie des produits et moyens de corruption, le secret bancaire, la coopération africaine en matière d’extradition, l’entraide judiciaire et le recouvrement des avoirs volés. Ladite convention a créé un conseil consultatif sur la corruption dont la fonction principale est de promouvoir et d’encourager l’adoption et l’application de mesures anticorruption sur le continent.

(Source Togo presse)

Top