Aller au contenu principal

SITUATION DE LA COVID-19 DANS LES PRISONS DU TOGO

Publié le : 13 mai 2020
SENSIBILISATION DES CHEFS DE COURS DE LA PCL SUR LE CORONAVIRUS

SENSIBILISATION DES CHEFS DE COURS SUR LE COVID-19 ET LES STRATEGIES PERMETTANT DE LIMITER SA PROPAGATION A LA PCL

Un point de presse a eu lieu le 11 Mai dernier dans les locaux de la direction de l’administration pénitentiaire et de la réinsertion à Lomé. Organisé par ladite direction, la rencontre vise à présenter aux journalistes la situation du COVID-19 dans les maisons carcérales au Togo afin de mettre un terme aux spéculations qui ont cour sur les médias et réseaux sociaux. 

Il ressort de cette rencontre que c’est dans la cellule d’isolement mises en place en plus des mesures barrières recommandées par le gouvernement pour lutter contre la pandémie, que 18 détenus et 01 surveillant de l’administration pénitentiaire sont testés positifs au COVID -19, à la prison civile de Lomé.

COMMENT LE COVID-19 A-T-IL FAIT SON ENTREE DANS LA PRISON CIVILE DE LOME ?

D’après le directeur de l’administration pénitentiaire, dans toutes les prisons du Togo, il a été institué que tout nouveau détenu déféré est mis en quarantaine dans une cellule d’isolement entre 14 et 21 jours (période d'incubation), le temps de voir s’il est porteur ou pas avant de rejoindre la grande masse des détenus.

Malheureusement, un certain nombre de personnes (08) ont été déférés alors qu’elles étaient en cellule de garde à vue avec une autre testée positive au COVID-19.  Cependant, le prélèvement effectué sur les huit s’est révélé négatif. Un soir deux des pensionnaires manifestent des malaises. Conduits au CHU-Tokoin, il s’est avéré que c’est du coronavirus qu’ils souffrent et ont été transférés au CHR-Lomé commune pour leur prise en charge, d’où l’un s’est évadé.

Prenant la mesure de la chose, tous les prévenus en isolement et le personnel administratif (SAP) ayant été en contact avec eux soit un total de 72 personnes ont été testés immédiatement. Le résultat indique que 19 dont un surveillant de l’administration pénitentiaire sont infectés. L’information a suscité la panique des détenus qui réclament une meilleure protection.

 

QUELLES SONT LES DISPOSTIONS PRISES POUR CIRCONSCRIRE LE MAL ?

Les tests vont se poursuivre, nous confirme le directeur de l’administration pénitentiaire et de la réinsertion, IDRISSOU Akibou mais d’ores et déjà, les responsables du département et ceux de la cellule de coordination de lutte contre la pandémie du COVID-19 sont en concertation pour une meilleure prise en charge des détenus infectées et ce dans un lieu propice, pour éviter tout autre évasion. A cet effet, un nouveau cadre d’isolement est déjà trouvé dans les locaux de la gendarmerie nationale où les cas négatifs passent désormais leur mise en quarantaine.

Des rencontres d’échanges avec les chefs de cours sont initiées en vue de sensibiliser les détenus sur les mesures prises pour les protéger du mal et sur la nécessité pour eux de respecter et faire respecter les mesures barrières et d’hygiène commandées par le gouvernement.

Il faut préciser qu’à ce jour seule la prison civile de Lomé fait état de contamination au Coronavirus. On n’y déplore aucun mort. Au nombre des solutions idoines prises dans l’immédiat pour limiter les dégâts, aucun nouveau prévenu ne sera plus déféré dans la prison civile de Lomé où la cellule d’isolement est déjà saturée. Quant aux 18 détenus infectés et le tout premier qui était au CHR Lomé- Commune, ils sont tous pris en charge à la prison civile de Lomé.

E.T²

Top