Aller au contenu principal

Les magistrats et officiers de police judiciaire désormais outillés pour l’exécution rapide de l’Entraide pénale internationale.

Publié le : 09 juil 2019
participants

 

L’entraide pénale internationale, dans une nouvelle dynamique au Togo

Les rideaux sont tombés le 5 juillet dernier à Lomé sur l’atelier de renforcement de capacité sur l’entraide pénale internationale (EPI). Les magistrats et officiers de police judiciaire s’estiment désormais outillés pour l’exécution rapide de l’Entraide pénale internationale, afin de permettre au Togo d’honorer ses engagements internationaux et pouvoir compter sur les autres pays en cas de besoin.

 

L’objectif poursuivi par cette sensibilisation des magistrats et officiers de police judiciaire est de parvenir à l’exécution rapide de l’entraide pénale internationale (EPI). Elle est organisée dans le cadre de la promotion de l’efficacité de la justice pénale afin de lutter contre le crime organisé.

Pendant donc deux jours, les magistrats et officiers de police judiciaire relevant du ressort de la cour d’appel de Lomé, ont été formés entre autres sur comment conduire une enquête dans le cadre de l’EPI, le cadre juridique y relatif, l’importance de la coopération internationale en matière pénale contre le crime organisé, les actes du magistrat en matière d’entraide pénale internationale.

Entraide

La rencontre qui se tient quelques jours seulement après le tout premier forum économique Togo - Union Européenne est d’un grand intérêt pour le gouvernement. Ce dernier s’investi pour rehausser l’image du Togo sur l’échiquier international et attirer plus d’investisseurs pour la mise en œuvre du PND.  Ceci rassure ces investisseurs quant à l’efficacité de la justice pénale, et quant à la possibilité d’y recourir pour d’éventuels cas d’escroquerie ou de criminalité organisée.

La balle est désormais dans le camp des magistrats et OPJ, appelés à jouer leur partition pour inverser la courbe de l’exécution de l’entraide pénale internationale au Togo. Après Lomé, la direction des affaires pénales et des grâces, organisatrice dudit atelier, met le cap sur le septentrion pour sa cible relevant du ressort de la cour d’appel de Kara.

Top