Aller au contenu principal

VISITE D’ECHANGES ENTRE LE MINISTRE DE LA JUSTICE ET LES DETENUS DE LA PRISON CIVILE DE LOME

Publié le : 05 juil 2019
PRISON

 

Recherche consensuelle de solutions aux problèmes de branchements anarchiques du courant électrique et d’encombrement de la prison civile de Lomé

Le Garde des Sceaux, ministre de la justice était ce matin à la prison civile de Lomé où il a échangé avec les détenus sur des sujets pointus relatifs à l’amélioration de leurs conditions de vie   et surtout, comment éviter les risques d’incendies liés aux branchements anarchiques du courant électrique et les hangars de fortune qui encombrent les lieux.

 

 

snerDeux préoccupations majeurs ont meublé les discussions notamment l’utilisation anarchique du courant électrique avec le branchement du matériel ne répondant pas aux normes de sécurité et le problème d’encombrement du cadre de vie. Le constat qui se dégage et qui motive ce déplacement est relatif aux risques permanents d’insécurité qui planent sur ce lieu de détention et que si rien n’est fait, peuvent conduire à des conséquences dommageables.

Outre le courant électrique il y a les hangars de fortune faits avec du matériel de tout genre et qui peuvent eux aussi s’enflammer à tout moment à la moindre étincelle. Face à une telle situation, le ministre de la justice, Pius Kokouvi AGBETOMEY a voulu dans une approche participative trouver des solutions idoines et durables pour sécuriser ses lieux.

Dans une atmosphère décontractée et conviviale, la cinquantaine de chefs de cours et de bâtiments ont remercié le gouvernement pour ses efforts dans la gestion quotidienne des prisons et particulièrement celle de Lomé et au ministre pour sa démarche. Leurs approches de solutions ne sont pas très différentes des réflexions que le ministre et son staff mènent depuis des jours sur ces questions, reconnaît la délégation.

Dans les tout prochains jours, selon le Ministre, des mesures urgentes seront prises pour sécuriser la vie de la population carcérale. Le ministre a également salué le courage avec lequel ces hommes et femmes affrontent cette épreuve de la vie et les exhorte au respect de l’administration pénitentiaire, à être tolérants et compréhensifs.

Il faut relever que l’incarcération est l’une des sanctions pénales qui coûte assez chère à l’Etat que ce soit au Togo ou partout ailleurs dans le monde mais, ce n’est pas pour autant que le gouvernement baisse la garde. Au Togo ces dernières années, beaucoup d’efforts sont faits en vue d’offrir aux détenus de meilleures conditions de vie avec la construction de prisons modernes et bien d’autres perspectives.

Top