LA PRISON CIVILE DE KPALIME OUVRE SES PORTES



Quelques centaines de détenus, extraits de la prison de Lomé. Extraction volontaire guidée par un souci d’aération et de désengorgement.
 
LA PRISON CIVILE DE KPALIME OUVRE SES PORTES

La nouvelle prison civile de Kpalimé a accueilli tôt ce matin quelques centaines de détenus, extraits de la prison de Lomé. Extraction volontaire guidée par un souci d’aération et de désengorgement.
Cette extraction va permettre d’évacuer seulement trois cent sept détenus  de la prison civile de Lomé ; une prison surpeuplée, rendue trop exigüe et devenue précaire en matière d’infrastructures. Alors qu’elle n’a été initialement conçue que pour sept cents détenus environ, la prison de Lomé prête son cadre  à ce jour à deux mille soixante-treize pensionnaires.
Kpalimé ne saurait donc permettre aux autorités d’atteindre l’objectif visé et beaucoup reste à faire pour résoudre la question de la surpopulation carcérale sur plusieurs fronts. Mis à part la prison modèle de Kpalimé qui ouvre ainsi ses portes, la plupart des centres de détention au Togo souffrent des mêmes maux. 

 D’où l’intérêt d’une nouvelle conjugaison d’efforts dans un élan de modernisation de l’administration pénitentiaire et de renforcement des capacités des centres de détention au profit des prisonniers. Il faut pouvoir désengorger, aérer et tendre vers plus d’efficacité de l’action humanitaire dans nos prisons.