Justice : appel à plus de professionnalisme au sein du corps de l’administration Pénitentiaire.



Sensibilisation du personnel du corps des surveillants
Justice : appel à plus de professionnalisme au sein du corps de l’administration Pénitentiaire.

Dapaong, le Garde des Sceaux, ministre de la justice Kokouvi AGBETOMEY a appelé mardi matin les surveillants de l’administration pénitentiaire à un sursaut d’orgueil pour plus de professionnalisme dans l’exercice de leur fonction. Le ministre AGBETOMEY a martelé qu’il n’est pas question que l’on note des dérèglements au sein du corps des surveillants de l’administration pénitentiaire au moment même, où l’Etat consacre d’énormes efforts pour la modernisation de la justice.
 Depuis 2013, c’est à ce corps qui au regard de ses missions, du niveau et de la qualité de sa formation, qu’il est dévolu la garde, la surveillance et la sécurisation des prisons togolaises. Selon le chef de bataillon SOTOU Sakara qui a en charge le commandement de ce corps, le disfonctionnement est grave et nombreuses sont les fautes contre l’honneur et délits qu’on relève dans l’exercice des missions assignées à ce corps. Ce qui est inadmissible. Le ministre en a alors saisi l’occasion pour attirer l’attention des surveillants de l’administration sur ces actes délictuels ; actes donc d’ordre pénal et les conséquences que leurs auteurs encourent. Des actes ayant récemment conduit  certains éléments de ce corps, qui ironie du sort se retrouvent aujourd’hui en prison ; en détention dans les centres qu’ils sont censés garder ou surveiller.
Ailleurs l’administration pénitentiaire est une institution très respectée en fonction non seulement de son caractère ou de son rôle, mais ici nous somme décriés en raison de l’état de service et surtout du comportement et des incohérences notoires qui prévalent renchéri le juge Akibou IDRISSOU directeur national de l’administration pénitentiaire et de la réinsertion. Il a en surtout déploré le manque de collaboration inter personnelle que l’on constate surtout entre les surveillants en chef et les régisseurs de prisons.
Pour conclure le ministre a insisté sur la bonne pratique administrative ; la règle de droit, l’éthique et la déontologie qui régissent le corps. En claire les surveillants de l’administration pénitentiaire doivent dès maintenant se ressaisir et s’atteler à la tâche chacun dans son rôle pour le rayonnement de la justice. C’est justement pour rappeler à l’ordre dans cette catégorie d’agents au sein de l’administration judiciaire qui ont en charge la surveillance des prisons au Togo que cette tournée a été lancée. Elle va aider à restaurer l’image du corps des surveillants de l’administration pénitentiaire qui se révèle un maillon essentiel dans le processus d’humanisation des centres de détention au Togo.
Journée Marathon pour le ministre AGBETOMEY qui est arrivé dans l’après midi de ce  mardi à Kantè dans la préfecture de la Kéran après l’étape de Mango, où il a délivré le même message. Il est prévu sur son agenda dans cette perspective le parcours d’une douzaine de prisons disséminées sur l’ensemble du territoire nationale en attendant l’ouverture toute prochaine de la prison modèle de Kpalimé. Celle qui viendra désengorger la prison civile de Lomé réputée pour son engorgement ; sa surpopulation carcérale.




Sensibilisation du corps des surveillants de l’administration pénitentiaire à Sokodé ; Rigueur et discipline pour consolider l’Etat de droit
A Bassar comme à Sokodé où le Garde des sceaux est arrivé en début d’après midi le message a été identique ; faire en sorte que nos prisons soient des lieux sécurisants et sécurisés grâce à l’action quotidienne des Surveillants de l’Administration Pénitentiaire (SAP). Il a appelé les éléments de ce corps à la discipline et à la rigueur dans la dignité.
Dans sa tournée le ministre Kokouvi AGBETOMEY a relevé le devoir et l’obligation aujourd’hui de contribuer non seulement à redorer le blason de la justice mais aussi au renforcement de l’Etat de droit. C’est pourquoi ce corps spécial ; le tout premier que le pays expérimente dans le secteur judiciaire doit s’illustrer par son exemplarité dans l’exercice des missions qui lui sont assignées. Le Garde des Sceaux interpelle les surveillants de l’administration pénitentiaire sur leur conduite et les exhorte à avoir à cœur et à l’esprit leur devise : discipline-rigueur et humanité.
 C’est un corps paramilitaire auquel il revient aujourd’hui la charge de sécuriser les prisons togolaises en lieu et place des gardiens de la sécurité territoriale. Ce corps certes est très jeune, mais cela ne doit faire alibi honorable ou servir de prétexte d’excuse pour quelque faiblesse que ce soit car dès sa création déjà et de par les formations que ses composantes ont reçues, il est assez mur pour relever ses défis.
L’un des fondements et soubassement motivant qui explique la présence aujourd’hui de ce corps dans les prisons civiles togolaises reste le souci de contribuer efficacement à l’humanisation des centres de détention au Togo. D’où l’intérêt d’intégrer dans le comportement de chaque élément, une dose de citoyenneté ; d’intégrité, de probité et de professionnalisme. Bref, l’éthique te la déontologie du corps.
Ici aussi le commandant dudit corps a rappelé les faiblesses du corps ; actes répréhensibles allant des fautes d’honneur aux fautes de discipline pour chuter sur la familiarité excessive vis-à-vis des détenus qui débouche sur l’escroquerie.
Le directeur de l’administration pénitentiaire et de la réinsertion Akibou IDRISSOU a de son côté déploré le discrédit lourd que des déviances et dérèglements qui tapissent leurs lit dans nos prisons ou semblent faire le quotidien de ces éléments jettent sur toute l’administration pénitentiaire. Il a en outre appelé à l’harmonie cette cohésion interne indispensable, surtout que la surveillance et la sécurisation justement des centres de détention devraient  contribuer à stimuler et faciliter le travail de ceux qui ont en charge de la régie des prisons et l’administration pénitentiaire et renforcer la réinsertion.
Cette tournée s’illustre comme un ultime avertissement surtout que le pays vient de se doter d’un code de justice militaire qui régira dorénavant ce corps. Les dispositions de ce code vont être appliquées par les juridictions de droit commun en attendant la création chez-nous des juridictions miliaires.




La campagne sensibilisation des surveillants de l’administration pénitentiaire entamée mardi à la prison civile de Dapaong par le ministre de la justice et des relations avec les institutions de la République, s’est poursuivie Vendredi dernier à Aneho (préfecture des Lacs et à Vogan dans le Vo. A ces deux postes, les surveillants de l’administration pénitentiaire toutes tendances confondues ont solennellement pris l’engagement de tout mettre en œuvre pour faire rayonner leur corps.
L’objectif de cette tournée de sensibilisation étant de conscientiser ce corps de paramilitaires sur les missions qui leur incombe, l’on peut aussi qu’elle s’avérait importante pour s’enquérir davantage des conditions de travail de ces agents.
Des dérives allant de l’indiscipline aux délits Ont été  listées par le commandant du corps et le Garde des Sceaux a fustigé ce qu’il convient de qualifier de laxisme dangereux pour l’avenir même du corps. Les surveillants ont pris fonction dans nos prisons en 2013 en remplacement des agents de la sécurité territoriale et l’on s’attendait au mieux.
C’est pourquoi le ministre a été formel quant au sens professionnel ; au respect de l’éthique et de la déontologie puisqu’il serait illusoire voire inadmissible qu’après s’être volontairement enrôlé dans les rangs des forces de sécurité connaissant bien sa mission, l’on s’en dérobe sous un prétexte fallacieux d’insuffisance de moyens. 
A la suite des conseils prodigués, la responsable de détachement d’Aného tout comme son collègue de Vogan a promis jouer sa partition pour l’amélioration des prestations de son détachement. Elle a au nom de tous ses collègues, collaborateurs et éléments de l’ensemble de ce corps présenté des excuses pour les manquements constatés sur cette ferme promesse de mieux de mieux faire.




Après Vogan et Aného le ministre a bouclé Samedi matin sa tournée à Lomé, qui regorge du plus grand effectif des surveillants de l’administration pénitentiaire. La Secrétaire d’Etat en charge des droits de l’homme Madame POLO Nakpa était aux côtés du Garde des Sceaux, de même que le Procureur Général  Garba Gnambi KODJO et du procureur de la république Blaise Essolissam POYODI.
Le Procureur Général a appelé les éléments de ce corps à la discipline et à la rigueur dans la dignité pour redorer le blason de la justice et  renforcer l’Etat de droit au Togo.
C’est une première depuis le lancement de ce corps sur nos sites de détention et bien d’autres positions et les surveillants de l’administration pénitentiaire ont saisi une bonne occasion pour exprimer une série de doléances qui se recoupent.
A ce sujet le ministre a annoncé la mise sur pieds dans les jours à venir d’un comité qui se chargera de les étudier dans l’intérêt du corps.